Le contrôle qualité fournisseur

Par Julien Boissy, Consultant Logistique, Hardis Group

Dans un environnement cross-canal et à fortiori omnicanal, le respect des délais représente une donnée primordiale pour la mesure de la satisfaction client. Etre livré dans les temps c’est bien, mais la qualité de la marchandise expédiée représente une autre donnée, tout aussi importante, dans le calcul d’un taux de service.

Les catégories de contrôle qualité

Ce contrôle de la qualité peut être divisé en deux catégories.

Le contrôle qualité interne, tout d’abord. Celui-ci permet de mesurer les performances, les livrables, le respect de la commande …

Vient ensuite le contrôle qualité de l’écosystème (i.e. le contrôle qualité des acteurs extérieurs à l’entreprise) : fournisseurs, transporteurs …

Le contrôle qualité de l’écosystème est primordial car il influe directement sur le contrôle qualité interne. Il représente donc un input de base à l’amélioration du service client final.

Le contrôle qualité fournisseur

Le contrôle des fournisseurs devient, de par l’accroissement des points de sourcing, leur éloignement et la réactivité demandée (hausse du nombre de collection dans le textile par exemple), un levier stratégique dans la qualité rendue au client final.

Le retail, la distribution spécialisée, l’industrie, le BtoB, le BtoC … Tous les secteurs et les types d’activité sont confrontés à cette problématique (avec certes plus ou moins d’incidences).

Concernant le contrôle fournisseur en entrepôt, deux organisations se côtoient, voir se mixent : le contrôle en entrepôt et le contrôle à la source.

Les points de contrôle sont de l’ordre achat avec une incidence marketing (respect des échantillons, identification, couleur …) ou logistique avec une incidence sur les performances (PCB, SPCB, dimensions, poids, colisage…).

Au-delà de tout mettre en œuvre pour réduire au maximum les défauts fournisseurs, qu’ils soient marketing ou logistique, comment trouver le juste équilibre entre contrôle à l’arrivée en entrepôt ou contrôle à la source ?

Les organisations du contrôle qualité fournisseur

Une fois les principes de base définis et les responsabilités et tâches de chacun réparties, plusieurs organisations peuvent être mises en place afin d’optimiser au maximum ce processus.

  • Contrôler les fournisseurs en amont :

Lors de la production ou post production par envoi d’échantillons ou par le biais d’une entreprise spécialisée ou bien encore par un service déporté du client faisant directement le contrôle sur place. Les transitaires peuvent aussi jouer ce rôle.

Avantages

  • Anticipation
  • Flexibilité
  • Sociétés spécialisées dans le contrôle de la qualité

Inconvénients

  • Le coût de ces prestations supplémentaires.
  • Contrôler les fournisseurs en aval

Contrôle établi lors de la réception sur l’entrepôt.

Avantage 

  • Processus maîtrisé par le client

Inconvénients

  • Identification tardive des problèmes (obligation de reconditionnement ou de retour fournisseur)
  • Ajout d’un intermédiaire, le dépôt, pour traiter des points de contrôle achat

Mix contrôle fournisseurs amont et aval :

En amont pour les données logistiques des nouveaux ou mauvais fournisseurs, ainsi que pour les données marketing de tous les fournisseurs quel que soit leur classement. En aval, juste pour du contrôle ponctuel logistique par la mise en place de processus simples, pour les fournisseurs les mieux classés.

La marchandise, à quelques exceptions près, est disponible immédiatement et dans la qualité attendue dès réception sur l’entrepôt.

Il faut bien garder à l’esprit que cette organisation n’est valable que si une méthode (fiable et à jour) de classement des fournisseurs est maintenue dans l’entreprise.

En conclusion

La simplification et l’optimisation du processus de contrôle,  principalement par la mise en place d’un contrôle « mixte », dépend fortement du « poids » du client vis-à-vis de ses fournisseurs ou de ses transitaires.

Peu de retours d’expériences existent à l’heure d’aujourd’hui sur les organisations des entreprises autour du contrôle de la qualité fournisseur. Ce processus, à l’instar des approvisionnements, peut également devenir un axe collaboratif intéressant.

N’hésitez pas à partager vos expériences en commentant ce post.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s