1 an à compter les pas… (Episode 1)

Par Cédric Belmont, Business Solutions Manager 

Voici 1 an, jour pour jour, se lançait ma première expérimentation des Trackers d’activité, dans un contexte de eSanté et Quantified Self (auto-évalution de soi-même !!!).

Première surprise : la simplicité

La première surprise avait été autant la simplicité de l’objet, que son éco-système. Car au delà de la simplicité de l’usage, il faut juste le porter (au poignet, dans la poche, à la ceinture, derrière l’oreille, sur le chien…) et c’est tout…, je découvrais rapidement bon nombre de mesures aidant à se sentir mieux au quotidien (sommeil ; calories ; escaliers…), et se relancer si une baisse de motivation se faisait sentir.

Et ça marche !!! Rapidement, je me prenais au jeu des escaliers, des aller-retours, des 3 pas de plus, et des parts de gâteaux refusées.

Deuxième surprise : la communauté

En effet, en utilisant un tracker, vous achetez en même temps le choix d’adhérer à une communauté, avec qui vous allez partager votre activité et challenger celui qui en fera le plus.

Et ça aussi, ça marche !! Quelle joie de narguer un copain qui vient de passer 2h00 dans sa voiture, puis 4h00 dans un TGV (ahh les déplacements professionnels), tandis que vous, vous avez emmené les enfants à l’école à pied, un footing à midi, puis quelques courses le soir (en prenant soin, pour une fois, de vous garer loin, très loin, là où il y a de la place d’ailleurs).

Parce qu’avant même de faire plus que l’autre, l’objectif est clairement affiché : l’OMS recommande 10 000 pas par jour. Et là, je découvrais aussi qu’atteindre cet objectif n’est pas simple, et que sans en prendre conscience, une journée type pour un consultant se situe plutôt entre 2000 et 3000 pas.

Oh malheur, comment atteindre ces objectifs, et en plus, ne pas passer pour un quadragénaire pantouflard auprès de la communauté ?

La première solution qui vous vient à l’idée : attacher le tracker sur le chat (je risque de le perdre très vite, accroché à un arbre), faire des mouvements continus avec le bras tout en restant sur la canapé (hé, ça va 5 minutes, mais plus… autant se lever), le filer à sa copine qui court 15km tous les 2 jours (ça va se voir que c’est pas moi avec mes 85 kg). La deuxième solution : se lever, bouger, prendre les escaliers…

Et voilà, objectif atteint : on s’active plus. En 6 mois, presque 8kg perdus, et une moyenne journalière qui passe à 6500 pas au lieu des 4000, grâce aux challenges.

Quelques mises en garde tout de même : le tracker finira dans la machine à laver un jour si vous choisissez un modèle « poche » ou « ceinture » (des fois sans mal). Autre mise en garde, le réflexe de bouger ne vient pas aussi facilement et, après 6 mois, n’abandonnez pas votre tracker sous prétexte que les objectifs sont atteints. On tombe très très vite dans les vieux travers (ce doit être l’âge peut-être).

Et s’il y a 1 an, 4 ou 5 trackers maximum se partageaient la part du marché, aujourd’hui la concurrence n’est plus la même, au point que la précurseur Nike vient de se retirer. Il doit exister environ une cinquantaine de modèles, de toutes les formes, avec plus ou moins d’informations à analyser (pouls, oxygénation du sang, distance, activité sportive, GPS…).

Alors pour fêter ces 365 jours, j’ai décidé de tester sur une même journée 5 ou 6 solutions, différentes, parmi les leaders reconnus.

Voici comment, sur 24h, j’ai testé simultanément :

  • Jawbone Up24
  • Fitbit Flex
  • Fit U
  • Google Fit
  • Apple Watch
  • Withings Activité Pro

Et, pour les activités sportives :

  • L’apps Runkeeper en mode Free (iPhone)
  • L’apps Polar Beat pour iPhone
  • Le cardiomètre Polar H7
  • D’abord le sommeil

Tous ne le proposent pas. Mais la seule donnée à peu près similaire est la durée de la nuit. Pour le reste, les analyses du sommeil profond et sommeil léger sont différentes, et les phases de réveil n’apparaissent pas aux mêmes heures (il y en a un qui a même détecté une sieste, en plein après-midi, au bureau ????).

Première conclusion : pas bien possible de savoir qui a vraiment raison, si ce n’est ma perception d’avoir mal dormi, ou pas assez… seulement un bon point pour le réveil par vibration, assez efficace sans réveiller l’autre, mais était ce le meilleur moment pour me réveiller en fonction de la phase, je sais surtout qu’il était trop tôt !

Analyse du Sommeil – Jawbone
Analyse du Sommeil – Withings
                                                                         
  • Ensuite les pas

J’avais constaté depuis mes derniers tests que certains semblaient plus optimistes que d’autres quant à mon nombre de pas : après cette journée, il n’en est rien.  4% d’écart entre le moins et le plus optimiste des 6 trackers (11250 versus 11800 pas sur cette journée), en mélangeant la marche, les escaliers et un footing.

Deuxième conclusion : tous sont finalement assez proches, et ce qui importe, c’est l’idée d’avoir atteint les objectifs de l’OMS plutôt qu’être resté au lit (et là j’ai réalisé plutôt une belle journée 😀 – et non, je n’ai pas fait de sieste !!).

  • L’activité sportive
Activité – Jawbone

Déjà, courir avec 200 grammes de trackers hors smartphone, je le déconseille fortement.

Ensuite, tout démarrer juste avant de me lancer dans la course (puis tout arrêter en arrivant) a dû me prendre presque autant de temps que le footing en lui-même (véritable parole de mon ami voisin qui a observé mon cirque et mon drôle d’équipement Robocopien avant de partir).

Il y a ici des différences de configuration : les trackers que vous mettez manuellement en mode « activité sportive » (et vous pouvez lui dire laquelle), et ceux qui le détectent automatiquement.

Analyse Cardio – Polar Beat

Troisième conclusion : La vérité appartient aux solutions GPS, toutes basées sur le smartphone pour ce test (Google Fit, Runkeeper, Polar Beat, et l’Apple Watch, qui utilise le GPS de l’iPhone associé), toutes très proches : entre 7km et 200 mètre et 7km tout rond.

Les autres qui utilisent l’accéléromètre et la perception de la foulée, les résultats diffèrent grandement : entre 4,5 Km et 8km 250, quelque soit le mode auto ou manuel.

Là, pas de doute, si vous souhaitez un tracker pour le sport, il vaut mieux se tournée vers des modèles GPS (certains Fitbit, Polar, Garmin…) ou Smartphone (Runkeeper, Runtastic, Apple activité + Watch)..

Par contre, pour le pouls en continu, seulement 2 solutions le donnent en continu sur la durée d’une activité : l’Apple Watch à travers des capteurs lumières, et le polar H7 (vraie ceinture cardio). Et là, la moyenne sur les 7km de footing est très très proche : seulement 1 bpm (battement par minute) d’écart à l’arrivée. Très efficace.

Alors, lequel choisir ?

 

Cette question m’est posée 3 fois par semaine en ce moment. Et bien, il n’y a pas vraiment de conclusion évidente, tout dépend de votre usage, et de ce que vous cherchez.

Tous sont finalement assez proches dans la philosophie quotidienne. Mais si je devais me risquer à une analyse de cette journée :

  • Pour le sport

Si vous recherchez le tracker tout terrain (tous ne sont pas étanches) et sportif (cardio, analyse de performance), j’orienterai plutôt vers les modèles de chez Polar ou Garmin (numéro 2 des ventes).

Si courir avec un Smartphone est déjà dans vos habitudes, l’Apple Watch est plus qu’intéressante (à condition d’avoir un peu de moyen, et un iPhone !!)

  • Pour le quotidien et l’expérience utilisateur

Pour ceux là, le choix est plus difficile :

  • Fitbit est le leader mondial des ventes, la gamme très large, pour tous les budgets
  • Withings est français, très reconnu dans la santé, l’animation de la communauté est motivante, certains produits sont très valorisants (activité pro)
  • Jawbone renouvelle sa gamme régulièrement, en constante amélioration…
  • Et les autres (le chinois Xiaomin, Samsung, les montres Android Wear…)

Et enfin, les apps associées et synchronisation…

Là, il y a des différences, entre le FitU ultra fermé et propriétaire à la WIIFitU, à la très bonne application de chez Withings, et l’expérience utilisateur toujours impeccable de l’apps Activité d’Apple… mais quasi tous nécessiteront un Smartphone Bluetooth BLE (iPhone 4S, Android 4.3), et rares sont ceux compatibles Windows (Fitbit, Polar, Garmin).

Apps Apple Activité

Voilà, 1 an plus tard, 6 Kg de moins (hé oui, pas si facile de tenir le rythme à 40 ans et +), j’utilise un tracker au quotidien, mon smartphone pour courir, et ma Casio g-Shock, pour déconnecter 😉

A suivre prochainement l’épisode 2…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s